Aller au texte | Aller au menu | Faire une recherche

Archives mensuelles: novembre 2006

La lucha es como un circulo. Se puede empezar en cualquier punto, pero nunca termina.

Samedi matin, 10h; ciel gris, température agréable, les fenêtres sont grandes ouvertes.

J-10 : il faudrait que je commence à faire les cartons. Ou du moins à les remplir vu que j’en ai glané quelques uns à droite, à gauche.

L’idée m’amuse que dans quelques jours, toute ma vie sera emballée dans des cartons. Un peu moins d’avoir à les porter. :P Même si il ne devrait pas y en avoir tant que cela.

J’ai fais faire une estimation de mon appart, je ne suis pas mécontent des prix proposés, mais je me dis que derrière il va falloir que je sorte le triple pour acheter le suivant. Va falloir que je fasse un peu d’économies prochainement. Ou gagner au loto. Quelle est la probabilité déjà ? Au précédent tirage, je n’avais qu’un seul bon numéro et une étoile, pas comme ça que j’irai très loin.

***
Sur ce, passez un bon week-end, de mon coté je vais aller faire un tour à la boulangerie, ce matin j’ai envie de manger des croissants avec mon chocolat au lait.

« Un Autre Monde est Possible », Keny Arkana

Au détour d’un lien, puis d’un autre, je tombe sur le début d’un article qui ne m’intéresse pas de prime abord, mais que je mets de coté pour plus tard car il y a ce petit quelque chose qui retient mon attention sans que je ne sache exactement quoi. C’est cela la magie de l’internet : faire une recherche sur un sujet, dévier un peu de l’itinéraire et découvrir des trésors.

C’est ainsi que j’ai découvert il y a quelques jours le documentaire « Un Autre Monde est Possible » de Keny Arkana. Et là, j’ai compris pourquoi l’article cité précédemment m’avait attiré : pour le ton utilisé, pour son discours et ses paroles.

(et en plus j’adore la musique utilisée pour le générique, je pourrai l’écouter pendant des heures, si l’un d’entre vous sait me donner le nom du morceau et son auteur dans la liste des crédits musicaux, je suis preneur )


Keny Arkana – Ils Ont Peur De La Liberté (version instrumentale)

Pour un pacte écologique

Le temps passe et parfois il arrive que l’on oublie l’objectif initial. Ou du moins l’un d’entre eux.
Récemment je me posais la question de l’existence de ce site, son utilité, pourquoi j’y reviens, pourquoi j’ai du mal à trouver de nouveaux sujets de notes et pourquoi je ne l’efface pas tout simplement d’un coup de rm.

Et c’est ailleurs que j’ai trouvé la réponse. Chez enaid d’abord, et puis chez indilou ensuite.

Parce que la réponse à la question « Que (vais-je) faire (concrètement) pour que nos enfants puissent vivre leur avenir ? » se trouve sur mon site depuis pas mal de temps : « Agir avec les moyens du bord ».

Parce que j’ai une autre vision du monde que celle(s) proposée(s), imposée(s) par certains des dirigeants de la planète et que je ne suis pas le seul à l’avoir. Parce qu’il faut résister et se battre, même si le combat parait vain, immense, perdu d’avance.

Parce qu’ensemble, un petit peu de toi, un petit peu de moi, un petit peu de nous, nous pouvons infléchir la marche du monde.

J’ai donc signé le Pacte écologique pour placer les enjeux écologiques et climatiques au cœur des débats de l’élection présidentielle 2007 et je demande aux candidats de :

  • Considérer les enjeux écologiques comme une priorité commune qui dépasse les clivages entre partis politiques et faire de la France un pays exemplaire en matière de développement durable.
  • Faire de la lutte contre le changement climatique et de la préservation de la biodiversité les déterminants majeurs de l’action publique.
  • Mettre en place les outils économiques, juridiques, technologiques et éducatifs pour adapter ou réduire notre consommation en fonction des exigences écologiques et sociales actuelles et futures.
  • Engager immédiatement une révision fondamentale des politiques de l’énergie, du transport et de l’agriculture.
  • Se prononcer sur les dix objectifs et les cinq propositions concrètes pour un changement de cap présentés dans le livre « Pour un Pacte écologique » ou en résumé sur le site www.pacte-ecologique-2007.org

Et vous ? Signerez-vous vous aussi ce Pacte écologique ?

Carnet de voyage (2)

Samedi soir, vers 22h.

Les lumières s’éteignent. Toute la maisonnée se retrouve dans le noir. Réflexion à haute voix de ma grand-mère : « Les radiateurs des chambres ont dû se mettre en marche en même temps ! »

Récupération à tâtons de la lampe de poche placée stratégiquement à l’angle du meuble de cuisine et direction vers le disjoncteur pour tout remettre en place. Sauf que … « Ah tiens, le disjoncteur n’a pas disjoncté… » suivi d’un « Oh, ben il n’y a plus de lumière dehors non plus. »

Nous nous sommes alors tous regroupés dans la pièce qui sert de cuisine et de lieu de vie. Ma grand-mère a sorti une lampe à gaz d’un placard pendant que de mon coté je remettais une buche dans le poële à bois.

Et nous sommes restés là à papoter ou à bouquiner en attendant que l’électricité revienne.

Des fois c’est quand même bien d’être à la campagne quand il y a une coupure d’électricité dans la moitié de l’Europe.

***

Il faudra vraiment qu’un jour je me décide à acheter cette radio sans pile, et puis la lampe à LED aussi.

Chapitre X

A présent, ils marchaient le long du côté droit de la rue qui menait au Gritti. Ils avaient le vent dans le dos, et les cheveux de la jeune fille volaient devant elle. Le vent lui partageait les cheveux sur la nuque et les chassaient en avant, tout autour du visage. Ils regardaient les vitrines, et la jeune fille s’arrêta devant l’étalage illuminé d’une bijouterie.
Il y avait beaucoup de belles pièces d’orfèvrerie ancienne dans la vitrine et ils restèrent à les regarder, désunissant leurs mains pour se montrer les plus belles.
[…]

Ernest Hemingway,
Au-delà du fleuve et sous les arbres.

Carnet de voyage

Mon cheval vapeur et moi sommes partis nous mettre au vert pour quelques jours. C’est d’ailleur de là que je vous écris cette note, car miracle de la technologie, il y a désormais un accès internet illimité chez ma grand-mère !

Et cela ne fait que confirmer l’engouement des seniors pour les nouvelles technologies de l’information, même si l’usage qui en est fait est assez réduit par rapport à l’ensemble des possibilités offertes : garder le contact avec le reste de la famille. Que cela se fasse par emails, par blog interposé ou plus souvent par conversation vidéo avec les petits-enfants.

En écrivant le titre de cette note, j’avais dans l’idée de vous raconter mon voyage à travers les départementales, mais malheureusement, je suis arrivé avec un passager clandestin qui m’a avoué s’appeler « mal-de-gorge-nez-qui-coule » et qui me fout à plat comme pas possible ! Et ça me GAVE GRAVE parce que j’avais prévu de faire des ballades dans la campagne plutôt que de devoir rester allonger près du poële à bois. (ceci était bien sûr aussi prévu au programme, mais APRES les ballades, pas en remplacement)

Bon, sur ce, je vous laisse pour aller me faire dorloter par ma grand-mère. :mrgreen:

A dans quelques jours !