A celle qui me pose trop de questions et qui me reproche mes silences

"Mais pourquoi on continue de s'appeler alors ?" demanda-t-elle.

Elle n'a pas voulu attendre que je développe, elle a voulu la réponse tout de suite, alors je lui ai juste dis "parce que nous sommes amis."

J'aurai pu lui dire pourquoi, en détail. Lui expliquer que quand je donne mon amitié, c'est pour la vie. Et que pour que je la reprenne, il faut m'en faire des crasses.
Que dès que je n'ai pas de nouvelles pendant quelques temps, je m'inquiète. Pas au point d'appeler la police, les hopitaux et autres, non, non, non. Je me demande juste si ça va, si tout se passe bien dans la vie. Tu sais, parce que c'est comme ça.

Souvent je me retiens d'appeler. Pour ne pas m'imposer, pour ne pas déranger. Je me dis que si mes amis ne donnent pas de nouvelles, c'est qu'ils ont sans doute mieux à faire. Avoir une vie par exemple. Alors bien sûr, au bout d'un moment, je décroche le téléphone ou j'envoie un email. Quand la cote d'alerte est largement dépassée. Pour garder le contact.

Je ne suis pas volubile, et je n'aime pas me répéter. Rabacher toujours la même histoire, sans moi. Alors forcement la conversation va te paraitre courte. "Salut, ca va? [...] Oui moi aussi. [...] Et les enfants ? [...] Ahh quand même. [...] Déjà ? Woaaa que le temps passe vite. [...] Non, moi toujours pareil. [...] Le taf ? Ca va, toujours au même endroit. [...] Et toi, quoi de neuf ? [...] Et ben. Tout ça ? [...] Moi ? Pareil que la dernière fois. [...] Bon, je te laisse, à bientôt !"

Et quand tu appelles, vois-tu, je peux rester là à ne rien dire, juste savoir que tu es à l'autre bout du fil. Que tu penses à moi, un peu. Et ça me suffit.

Parce que nous sommes amis.

6 commentaires

#1  - wictoria a dit :

Je suis comme toi, en fille.

#2  - hi3, enchantée ! a dit :

Moi j'aimerais bien que plus de gens soient capables de ça, parce que j'en ai marre de me faire violence pour "oser déranger". Ou alors c'est que les autres s'en tapent de ce que je deviens ? M'énerve, ça m'énerve, parce qu'un jour, il est trop tard, on veut rappeler et il n'y a plus personne, et on ne se verra plus jamais. Alors moi aussi j'appelle, et quand les silences sont un peu gênants, je ris, bêtement sans doute : ça me libère.

#3  - Mélis. a dit :

Tout(e) pareil(le), mais version fille.

Peur d'intrusionner, de déranger, mais qui aime tant ces silences-là, ceux dans lesquels on attends la respiration de l'autre..

#4  - L'Odonate a dit :

Et si, au plus simple, on se disait qu'on ne dérange jamais un(e) ami(e)/pote/frère/soeur mais tout au plus qu'on peut tomber à un moment pas sioux et que s'entendre dire "j'suis occupé(e) là, pas le temps, bises" c'est juste amical. Et que l'autre soit capable de dire ça sans se prendre la tête. Faire SIMPLE :o)

#5  - fabienne a dit :

L'Odonate > tu as tt à fait raison. moi on me dérange jamais. d'ailleurs si c'est le cas, on tombe sur un gentil répondeur, on laisse un mot tout aussi gentil, et je rappelle quand je suis dispo. mais ne pas (oser) appeler par peur de déranger, c'est bête. appeler, même quand c'est juste pour dire bonjour, c'est aussi un signe d'amitié, et l'amitié (l'affection, l'amour fraternel, etc.) est un lien précieux entre les personnes. il faut en prendre soin, que ça soit par téléphone ou autrement

#6  - Melgart a dit :

... Et peut-être aussi un peu parce que tu ne payes pas cher le téléphone ? :lol:
Sinon d'accord avec l'Odo et Fa : J'adore entendre la voix d'un proche surtout lorsque je voudrais tout mais surtout qu'on me foute la paix ... C'est paradoxal !

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.