Abattoir : nouvelles violences et agonies révélées par L214

Je suis un omnivore qui, pour tout un tas de raisons philosophiques, culturelles et autres que je n'aborderais pas ici, mange bio et local le plus souvent possible. Je suis de fait soucieux de l'environnement et du bien-être des animaux.

Même si j'ai déjà réduit ma consommation de viande, je ne me vois pas l'arrêter du jour au lendemain pour devenir végétarien. Mes exigences font donc que j'attends des personnes à qui je délègue l'abattage des animaux que je consomme qu'ils le fassent avec un minimum d'empathie et d'humanité. Or ce n'est pas toujours le cas.

Les images tournées à l'abattoir de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques par l'association de défense des animaux L214 montrent de nouveau l'extrême violence de la mise à mort des animaux. Ces images sont particulièrement difficiles à regarder. Parce qu'il n'y a ni empathie, ni humanité.

Seulement de la cruauté.

 

Je vous invite à signer la pétition pour exiger la transparence des pratiques réalisées au sein des abattoirs et, si vous le souhaitez, faire un don à l'association L214 pour lui permettre de continuer son action de défense des animaux.

 

Abattoir : nouvelles violences et agonies révélées par L214

L'association de défense des animaux L214 a diffusé mardi des vidéos montrant des mauvais traitements infligés à des animaux à l'abattoir intercommunal du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques), et déposé plainte en début d'après-midi auprès du procureur de Pau.

Les images, tournées pendant la période d'activité intensive précédant Pâques, montrent des animaux visiblement mal étourdis ou brutalisés, des moutons saignés alors qu'ils présentent encore des signes de conscience, ainsi qu'un agneau écartelé encore vivant.

Deux autres vidéos similaires ont été publiées par L214 en octobre et en février, tournées respectivement dans les abattoirs d'Alès et du Vigan (Gard).

[…]

Chaque année, en France, plus d’un milliard d’animaux sont tués dans les abattoirs. Les enquêtes révélées ces derniers mois par L214 ont levé le voile sur ces tueries qui se passent généralement à l’abri des regards. Elles ont inspiré horreur et indignation.

La peur et la douleur sont le lot quotidien des animaux dans les abattoirs. Des manipulations brutales, des étourdissements inefficaces, des coups, des saignées ou des découpes en pleine conscience rendent leur mise à mort encore plus terrible. Ces situations relèvent souvent d’infractions à la réglementation et se déroulent sans intervention de la part des services vétérinaires pourtant présents sur place.

Loin d’être des exceptions, ces faits sont dénoncés depuis des années par différentes ONG s’appuyant, entre autres, sur les rapports de l’Office Alimentaire et Vétérinaire (OAV) de la Commission européenne qui soulignent de graves manquements à la réglementation, des carences dans les contrôles des services vétérinaires et l’absence de suivi et de sanctions dissuasives.

Nous demandons une transparence effective des abattoirs par la mise en place d’outils qui permettent aux ONG et aux citoyens d’exercer un droit de regard. Nous […] demandons donc :

  • la mise à disposition publique des rapports d’inspection et des mises en demeure rédigées par les services vétérinaires à l’encontre des abattoirs ;
  • un accès libre et inopiné des abattoirs aux associations de défense des animaux ;
  • la pose de caméras sur les postes de déchargement, d’attente, d’amenée et d’abattage des animaux avec accès libre des associations aux images ;
  • la liberté de diffuser les informations ainsi obtenues.

Classé dans : Aktivism
Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site
Quelle est la troisième lettre du mot jeahdt ?