A l’ombre des figuiers sauvages

Bassanese.org v8

Hong Kong souffre en silence

- Aucun commentaire

Un mois après la promulgation de la loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine, la répression politique s’intensifie dans tous les secteurs de la société. Face à cette nouvelle « ère de terreur », les Hongkongais endurent, et souffrent en silence.

[...]

« Le temps des purges à grande échelle a démarré, et Pékin va nous faire payer très cher notre engagement pour la démocratie », n’hésite pas à dire un journaliste local qui ne veut pas s’identifier pour des raisons évidentes de sécurité. « La Chine a tout prévu, et planifié la répression depuis des semaines, ajoute un responsable d’une grande organisation des droits civiques qui a lui aussi disparu des réseaux sociaux. Mais nous ne sommes pas de taille à lutter contre le monstre chinois. Seule la mobilisation internationale, qui vient de se réveiller, peut nous sauver. »

[...]

La loi sur la sécurité nationale

  • Cette nouvelle loi imposée par Pékin le 1er juillet 2020 à Hong Kong donne des pouvoirs illimités au gouvernement et à la police locale.
  • La loi réprime quatre types d’infraction : le séparatisme, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des forces et puissance étrangères.
  • Les auteurs d’infractions graves sont passibles de la prison à perpétuité, peuvent être jugés à Hong Kong ou en Chine par des tribunaux d’exception avec des juges chinois.
  • L’article 38 établit que quiconque à l’étranger, Hongkongais ou non, peut tomber sous le coup de cette loi pour des prises de position considérées comme « subversives » ou « séparatistes ».

À Hong Kong, l’implacable « terreur blanche » de Pékin

Classé dans : Aktivism - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles