Arecibo-mesaĝo

- 1 commentaire
00000010101010000000000
00101000001010000000100
10001000100010010110010
10101010101010100100100
00000000000000000000000
00000000000011000000000
00000000001101000000000
00000000001101000000000
00000000010101000000000
00000000011111000000000
00000000000000000000000
11000011100011000011000
10000000000000110010000
11010001100011000011010
11111011111011111011111
00000000000000000000000
00010000000000000000010
00000000000000000000000
00001000000000000000001
11111000000000000011111
00000000000000000000000
11000011000011100011000
10000000100000000010000
11010000110001110011010
11111011111011111011111
00000000000000000000000
00010000001100000000010
00000000001100000000000
00001000001100000000001
11111000001100000011111
00000000001100000000000
00100000000100000000100
00010000001100000001000
00001100001100000010000
00000011000100001100000
00000000001100110000000
00000011000100001100000
00001100001100000010000
00010000001000000001000
00100000001100000000100
01000000001100000000100
01000000000100000001000
00100000001000000010000
00010000000000001100000
00001100000000110000000
00100011101011000000000
00100000001000000000000
00100000111110000000000
00100001011101001011011
00000010011100100111111
10111000011100000110111
00000000010100000111011
00100000010100000111111
00100000010100000110000
00100000110110000000000
00000000000000000000000
00111000001000000000000
00111010100010101010101
00111000000000101010100
00000000000000101000000
00000000111110000000000
00000011111111100000000
00001110000000111000000
00011000000000001100000
00110100000000010110000
01100110000000110011000
01000101000001010001000
01000100100010010001000
00000100010100010000000
00000100001000010000000
00000100000000010000000
00000001001010000000000
01111001111101001111000

Postulat N >> 1

Vivre !

- Aucun commentaire

Par Guillaume Goubert

« Keep rocking. » Entendus à la radio, ces mots d’un survivant du concert au Bataclan frôlaient le bravache. Mais ils disaient quelque chose d’important. Nous ne devons pas nous arrêter de vivre après les attaques barbares perpétrées vendredi soir à Paris et à Saint-Denis. Il faut prendre les précautions qui s’imposent, observer les consignes données par les forces de sécurité. Mais il faut continuer à vivre pour ne pas se soumettre à la terreur. Nous le devons aux victimes de cette folie. Nous nous le devons à nous-mêmes. Ce qui a été visé, c’est une société ouverte où l’on peut circuler librement, partager le plaisir d’un repas ou la joie d’un concert. N’offrons pas aux terroristes la victoire que serait un enfermement sur nous-mêmes.

La peur existe bien sûr. Ce serait absurde de la nier. Il faut apprendre à vivre avec elle. Car c’est un combat de longue haleine qui doit être mené contre l’islamisme assassin. La France et ses moyens militaires sont engagés dans des actions armées pour vaincre Daech. Ce qui provoque en retour des opérations terroristes comme celles menées à Paris. La tentation se manifestera de se retirer de la bataille pour faire diminuer la menace sur notre sol. Il faudra y résister. On ne peut fléchir face à une telle barbarie.

Cependant, cet affrontement ne doit pas nous conduire à céder nous-mêmes à la tentation de la haine. Il était émouvant, vendredi soir, d’entendre Barack Obama prononcer en français les mots de notre devise républicaine et spécialement le dernier d’entre eux : fraternité. Nous ne remporterons aucune victoire durable sur le terrorisme en laissant place au rejet de l’autre. Nous attendons des musulmans de France qu’ils se dissocient encore plus nettement de tout groupe qui invoque leur religion pour assassiner. Mais il nous appartient aussi d’aller vers eux, de leur exprimer une confiance. Notre défi est celui de l’unité.

Fil RSS des articles de cette catégorie