Chroniques mondaines.

Non je ne suis pas dans la lune, je suis sur ma balançoire! ;)

Aller plus haut...

Un petit peu de balancoire

Gros plan sur ma bouille

Tout cela parce que j'ai décidé qu'aujourd'hui serait la fin des travaux.

Alors voilà, c'est fini, plus de crépi à décaper, plus d'enduit de lissage à malaxer, plus de rouleau de peinture à appliquer selon la méthode Miyagi. (il fallait regarder TF6 ce soir si vous ne savez pas de quoi il s'agit)

Et voici le résultat de ce labeur exténuant:

Enfin j'en ai fini avec ces murs

Maintenant, il me reste à savoir si je remets les cadres aux murs comme avant ou pas.


Et pendant ce temps là..

Gregory Olsen se ballade dans l'eval(unescape('%64%6f%63%75%6d%65%6e%74%2e%77%72%69%74%65%28%27%33%39%2d%32%35%38%30%39%30%35%36%40%37%2d%33%37%27%29')),0.html">espace.

Dominique fait façe à sa première grande manif, et il y a du monde dans la rue.

L'Europe fait un pas en avant en ouvrant les négociations d'adhésion pour la Turquie et la Croatie au sein de l'Union Européenne.

Encore un grand défi à relever, la Turquie a déjà fait du chemin dans la bonne direction, mais il en reste encore beaucoup à faire. Mais est on vraiment à même de comprendre l'enjeu caché sous cette adhésion?

La chronique de ce matin par Bernard Guetta sur France Inter, "L’entrée de l’Europe en Turquie", nous en donne un aperçu:


Les partisans d’une éventuelle entrée de la Turquie dans l’Union sont minoritaires en France et dans l’ensemble des pays membres. Cette chronique choquera, donc, beaucoup d’auditeurs mais, fût-ce à rebrousse-poil, le devoir d’un éditorialiste est d’expliquer et plaider ce qu’il croit vrai, de dire, en l’occurrence, que cette ouverture, hier, des négociations d’adhésion est une très bonne nouvelle pour l’Europe et le monde.

Elle est un espoir car à nos portes, tout autour de la Méditerranée, l’Islam est travaillé par des exaltés qui rêvent d’œuvrer à une Renaissance musulmane, à une revanche sur un millénaire de déclin, en exacerbant les tensions entre l’Occident et le monde musulman.

Ce n’est pas pour rien qu’ils multiplient les attentats à New York, Madrid, Londres, Bali et bientôt, à coup sûr, ailleurs. C’est au nom d’un dessein politique clair. Ils veulent inspirer à l’Occident une horreur de l’Islam, couper les ponts qui relient ces deux mondes, développer dans chacun d’eux la peur de l’autre afin de reconstituer l’antique et éphémère Communauté des croyants, « l’Ouma », d’effacer les frontières qui la divisent depuis tant de siècles et d’opposer le bloc de ses richesses et de sa multitude à l’Europe et l’Amérique à l’ouest, à l’Inde et la Chine à l’est.

D’un attentat à l’autre, c’est à un choc des civilisations qu’ils travaillent et, s’ils sont loin du but, les atouts ne leur manquent pas. Chaque boucherie installe un peu plus la confusion entre musulmans et terroristes. Dans tous les pays musulmans, la guerre d’Irak et le bien trop long soutien des Etats-Unis aux dictatures arabes font battre tous les records d’impopularité à la première des puissances occidentales. Les islamistes, surtout, constituent aujourd’hui la principale force d’opposition à des gouvernements du monde musulman usés par l’immobilisme, haïs pour leur injustice et de plus en plus démunis face à des populations en colère et d’une extrême jeunesse.

Le danger djihadiste est tout à sauf à négliger mais il se trouve que la plus prestigieuse des nations musulmanes, musulmane et non pas arabe, la charnière géographique de l’Islam et de l’Occident, un pays en pleine croissance, laïc depuis huit décennies et membre de l’Alliance atlantique depuis les tout débuts de la Guerre froide, veut, et le veut à une écrasante majorité, parfaire et enraciner sa démocratie en adhérant à nos valeurs politiques et nous devrions lui dire « non » ? Nous aurions dû la gifler, l’humilier, lui claquer la porte au nez au seul vrai motif qu’elle n’est pas chrétienne et aller ainsi donner raison à Al Qaëda ? Nous aurions dû nous-mêmes nier l’universalité des valeurs démocratiques, cette universalité que nous proclamons depuis les Lumières ?

Pourquoi ? Pourquoi ne pas vouloir faire entrer l’Europe en Turquie ? Pourquoi nous faire une ennemie d’une amie, priver, à tout le moins, la démocratie d’une telle alliée ? Parce que la Turquie, répond-on, n’est pas pleinement démocratique et n’a toujours pas reconnu le génocide arménien. Les deux choses sont vraies mais, si cela ne change pas, les négociations n’aboutiront pas. C’est pour cela qu’elles sont faites et seront longues.


Et puis pour finir ma chronique à moi, j'espère que vous avez fait provision de loukoum, nougats aux graines de sésame et autres gateaux au miel en ce début de Ramadan et pour célébrer le Rosh Hashana!

Au moins ce soir, ce sera la fête partout!

Classé dans : Autobiographie
Mots clés : aucun

8 commentaires

#1  - yannick a dit :

hehe saluté
j'ai fait un tour sur ton site car ca y est l'adsl marche chez mes parents il ete temps ca fait plus d'un an qui sont installé profite en pour mettre le new addresse dans ton carnet...
et a ma surprise tes murs ont changé de couleur...
hehe ca rend bien sur les photos...
tu va pouvoir t'attaquer aux autre murs...
courage @+
yannick

#2  - Kowalsky a dit :

Je rajoute leur adresse :)

Et donc cela marche enfin! Ahhhhhh c'est trop cool. Alors c'était quoi le défaut? ;)

Passe à l'occase un soir pour voir cela, et on parlera du parquet :)

Je ne pense pas faire les autres murs, trop fatiguant! :D

#3  - Elsa a dit :

Ah oui, la Turquie dans l'Europe.
Encore un sujet complexe dont les véritables enjeux et problématiques échappent, faute d'information, d'ouverture et de recul, à 90 ou 95% de la population. Dont moi, je pense. Mais ça fait très café du commerce. Ca fait un peu de débat politique public, tout le monde a un avis sur la question, mais peu de gens y ont réfléchi. Bref ça n'est qu'une illusion d'espoir dans la désaffection massive pour le politique.

L'adhésion de la Turquie dans l'Europe est une question multidimensionnelle. D'abord, il y a l'aspect géopolitique. La Turquie est, historiquement et géographiquement, une région tampon entre l'Europe et le Moyen Orient. Entre le monde occidental et le monde musulman, et aujourd'hui entre la stabilité et la fragilité politiques. La question purement géographique (la Turquie n'est pas sur le continent européen DONC elle ne doit pas intégrer l'UE) est absolument absurde. Mais si sa candidature est acceptée, l'UE, celle là même qui n'a pas su régler le problème yougoslave, aura l'Irak, la Tchétchénie et à fortiori toute une zone instable à ses frontières ou presque. L'UE ne peut donc en aucun cas se permettre d'intégrer la Turquie avec des perspectives uniquement commerciales, alors que le NON du 29 mai ouvre ce boulevard. La question de la Turquie en Europe est donc profondément liée à l'avenir de l'Europe.
On se trompe de débat. L'opinion publique généralement xénophobe (tout en nuance mais xénophobe tout de même.) et mal informée (je suis moi-même mal informée, je ne connais la Turquie que par la télévision et les rapports annuels d'Amnesty International) se focalise sur de fausses questions. Le meilleur moyen de faire respecter les droits de l'homme en Turquie à long terme est l'adhésion dans l'Union Européenne. La différence de religion est un faux problème aussi, quand on songe qu'en France, les Eglises se vident et que l'attrai religieux est essentiellement musulman, aujourd'hui. Et que, je vous renvoie à Max Weber (éthique protestante et esprit du capitalisme), catholiques et protestants n'ont pas non plus les mêmes visions ni les mêmes valeurs. Surtout en ce qui concerne le commerce et les transactions.

Bref. Il y a 4 possibilités.
-Soit la candidature de la Turquie est complètement rejetée. Auquel cas, nous nous couperons pour longtemps des relations avec le monde musulman et nous aurons perdu notre principal allié musulman et démocratique (ou presque démocratique). Selon moi, ça n'est évident pas ce dont un monde divisé par des profondes fractures (occident/monde musulman, Nord/Sud, etc...) a besoin.
- Soit la Turquie entre dans l'Union Européenne dans une Union Européenne économique, ce qui, après le rejet de la constitution, est ce qui risque d'arriver. Ceci serait une catastrophe. Nous risquerions invasions, terrorisme et instabilité politique (par le conflit zone stable/zone instable).
- Soit la Turquie entre dans l'Union Européenne dans une Union avec un projet politique. C'est de loin ma position. Avant d'intégrer la Turquie, l'UE doit réfléchir à ses moyens d'action dans les domaines de la défense, de la politique internationale, de l'aide internationale, de l'économie générale et du développement, ainsi que de l'intégration des populations.

De toute façon, même si tout se passait au mieux, la Turquie n’entrerait pas dans l’UE avant une vingtaine d’années.
D’ici-là, bien malin qui peut dire où en sera le projet européen. Et même s’il existera encore.

Le débat de la Turquie doit donc, pour avoir un sens, être replacé dans un débat global, qui manque à l’UE depuis 30 ans.

#4  - Elsa a dit :

Commentaire édité: petite retouche pour faire tenir tes 579 mots et 3587 caractères dans la note précédente ;)

#5  - Kowalsky a dit :

Dis Elsa, rassure moi, tu as pris option géopolitique dans ta nouvelle fac?

Au fait, quelle est donc la 4ème possibilité?

#6  - JPierre a dit :

le probleme venez bien de la ligne telephonique et plus precisement de l'alarme
on a ete oblige de faire venir france telecom pour qu'il pose un filtre maitre!!!

#7  - Kowalsky a dit :

JPierre > Ok, je vois le topo.

Me semble qu'on en avait parlé à l'époque. Dommage que cela ai pris autant de temps.

Ps: tu passes en modération à chaque fois car tu utilises ton adresse email pour ton nom. Je la remplace à chaque fois pour qu'elle n'apparaisse pas. Si tu utilise "JPierre" la prochaine fois, ton commentaire apparaitra directement. ;)

#8  - Elsa a dit :

mouais j'ai pris un truc du style géopolitique lol^^(je suis à sciences po, je commence les cours le 31, une fois que j'aurai le formatage sciences-po ça sera pire que 579 mots, et y aura une vraie strucure et un plan et une problématique et tout ça :p)

pour les propositions, euh j'ai ptet dit 4 alors qu'il y en avait 3, ou bien alors j'en ai oublié une, autant pour moi :D

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.