De l'art de plier les feuilles de châtaigner

Ce soir c'est hi3 qui me donne l'inspiration pour une nouvelle de note.

J'allais laisser un message chez elle quand je me suis rendu compte que celui-ci allait vite être assez long. Et qu'au final il vallait mieux faire chauffer les trackbacks. :)

Et plus il y a un méga mix sur Radio Nova et ce n'est pas facile d'écrire une note en sautant partout dans l'appart!

Bref...

Pour en revenir au sujet initial, hi3 "se plaint" d'avoir dû tricher un peu pour la conception d'une carte de visite.

Mais pour ma part, je trouve l'astuce utilisée plutôt géniale, d'autant plus qu'elle me rappelle un des dossiers que j'ai eu à traiter il y a longtemps, quand j'étais encore sur les bancs du lycée.

Sujet du devoir à rendre (en gros et pour ce que je m'en souviens...) :
"Un fermier produit des fromages de chêvre et les vends emballés dans une feuille de châtaignier, attaché par une ficelle. En raison du succès rencontré, il désire augmenter sa production. Or l'opération d'emballage se fait manuellement, ce qui induit un coût. Il désire donc automatiser cette opération sans créer de surcoût excessif, afin de rester compétitif sur le prix de vente.

Votre mission si vous l'acceptez sera de créer ... Créez un système automatisé qui effectuera cette opération."


Je me rappelle avoir galéré pour imaginer et rendre viable ce système. Parce que je ne sais pas si vous avez déjà eu l'occasion d'emballer un fromage de chêvre avec une feuille de châtaignier, mais c'est assez délicat. Alors imaginez de faire ça avec une machine.

Il faut au préalable humidifier la feuille pour la rendre maléable et éviter les déchirements lors des manipulations. Puis une fois que cette feuille se trouve autour du fromage, il faut ensuite passer une ficelle tout autour et faire un zoli noeud pour que ca tienne.

Pour ce que je me rappelle de la solution, cela se passait sur un tapis roulant avec un système de ventouse à air pour retenir la feuille et l'emballer, puis un truc avec des pinces venait mettre le tout en position pour ficeler le produit.

Pas simple quoi.

Et quelques années plus tard, j'ai eu la surprise de découvrir en magasin un petit fromage de chêvre vendu emballé dans une simili-feuille de châtaignier. Vous l'avez sans doute vu vous aussi, car je parle du "Petit Billy".
Fromage de chêvre 'Petit Billy'

Et c'est là qu'on se dit "puré.. aussi simple que ça, pourquoi je me suis pris la tête dessus à l'époque".

Comme quoi, parfois, il faut savoir "tricher" un peu entre ce qu'un client désire, ce qu'il est possible de faire techniquement et le ressenti du consommateur sur le produit fini.

Classé dans : Autobiographie
Mots clés : aucun

1 commentaire

#1  - hi3 a dit :

Kowalsky. Vous ne verrez plus jamais un Banon comme avant :-)

Bon, contente de t'avoir isnpiré. MAIS j'me "plaignais" pas, d'abord, na ! Même si c'est vrai qu'au départ j'étais un peu déçue de ne pas trouver le papier désiré. En fait à l'arrivée c'est bien comme ça. Comme tu dis, il s'agit de jongler entre ce qui est désiré, possible, adéquat, etc.
Bon week-end, l'emballeur :-) Ms rouleaux m'appellent (PLOUF > bruit de la smilette qui plonge dans le pot de peinture satinée).

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.