Faut que je ponde une vraie note optimiste

Faut que je ponde une vraie note optimiste qu'il me dit l'autre.

La tâche semble rude à y regarder de loin, mais de près, cela le devient moins.

C'est quoi d'abord une vraie note optimiste ? Une note où je dirai que tout va aller bien dans un avenir proche ? Qu'est-ce que j'en sais moi, je vis au jour le jour et je laisse aller plus que je ne dirige. Parce que j'aime ça.

Non pas que je crois dur comme fer que mon avenir est déjà tracé et que quoi que je fasse je ne pourrai pas le changer. Mais plutôt à cause de l'impermanence du temps.

Tu veux une note où j'évoquerai ma définition du bonheur ? D'abord, mon pote, sache que c'est vachement réducteur de mettre le bonheur au singulier.

Parce que pour moi le bonheur vois-tu, c'est de poser mes fesses sur le sable et de contempler la mer en face de moi. Et je ne te dis pas quand en plus, elle (une autre pour une fois) est là, enlacée dans le creux de mes bras. Double ration.

Mais c'est aussi de m'allonger sur un transat en pleine nuit et de regarder la Voie Lactée, à compter les étoiles filantes qui passent. En écoutant de la musique douce, tout en discutant de l'avenir avec mon pote. Tu vois mon pote, c'est ça aussi ma définition du bonheur.

C'est aussi de partir sur ma trottinette me faire une ballade dans la campagne quand il fait beau et chaud. Mais c'est aussi de boire une tasse de chocolat chaud, accompagnée d'une brioche (ouaip parce que si je dis "accompagnée d'un morceau de brioche" ca ne fait pas le compte) quand je rentre d'une autre ballade en hiver.

C'est parfois de rester assis devant la cheminée, à remuer les braises de temps en temps et à m’enivrer de cette odeur de bois brulé.

C'est de monter à 1800m d'altitude pour aller casser la croute d'un morceau de pain et d'une tranche de saucisson corse. (même si il aura fallut supporter toutes mes jérémiades lors de la montée)

Bivouac dans les nuages

C'est, pas assez souvent, de la regarder dormir à coté de moi. Je pourrai y passer des heures, tu sais. D'ailleurs je l'ai déjà fait plus d'une fois pour te dire.

C'est aussi d'entendre la mélodie du carillon lorsque le vent traverse mon appart.

Mais ma définition du bonheur, c'est surtout d'être entouré par mes amis, les vrais, celleux de toujours (ou presque). Celleux dont je ne suis pas forcément d'accord sur tous les sujets, et dont je n'ai pas les mêmes goûts ni affinités, mais ce sont celleux qui me disent que le jour de mes 50 ans, on sera au moins 2 à faire la fête.

Au sommet, mon pote et moi

Tu vois, mon ami, comment te donner ma définition du bonheur alors que j'en possède tant...


Classé dans : Autobiographie
Mots clés : aucun

8 commentaires

#1  - Melgart a dit :

bah euh ... J'ai pas les images qui s'affichent !
Comment ça se fait-il que ça se fasse, mmmh ?
(je les garde quand même dans ma mémoire ... enfin ce qu'il en reste !)
C'est vrai qu'il y avait du bonheur dans tout ça ... et c'est pas fini, n'est-ce pas ?

À chì paspa una volta ci torna !

ps: à la remontée ET à la descente !
pps: tu me connais ! Dès lors qu'il s'agisse de faire la fête ...

#2  - Kowalsky a dit :

(manquait un / , ca devrait être mieux là, bizarre ça marchait pourtant de chez moi)

Non, ce n'est pas fini. Loin de là.

#3  - hi3 a dit :

Ben voilà un vrai billet "optimiste". Le seul truc qui me blase un peu ces derniers temps, c'est que je me suis aperçue que bien des gens disent aspirer à un bonheur simple fait d'instants de joie... et dans la pratique, quand tu les regardes vivre, tu prends peur tellement leur quotidien te semble compliqué ! Je m'inclus sans doute dans le lot. Peu importe. J'aime bien ce billet, et même si ce ne sont que des mots, ils orientent notre pensée. A force de se dire qu'on est heureux, parfois, je dis bien parfois, on finit par y croire, même de manière fugace - c'est déjà ça.

#4  - Fa a dit :

mes petits bonheurs du moment... mon fils qui réussit son BEPC blanc, ma fille qui me pique mes affaires (lunettes, tee shirt), le soleil qui tape sans trop cogner et surtout surtout mon nouveau copain avec qui je sors tout le temps... mon EOS... simple, prendre son temps flaner et quand ça me plait appuyer sur le bouton
tout simplement...

#5  - Kowalsky a dit :

hi3 > Suis-je heureux ? Non, indéniablement. Est-ce que j'essaye de l'être ? Oui, un peu plus chaque jour. Je fais des efforts. je change, même si c'est très lentement. A mon rythme quoi.

Fa > Pour l'EOS j'ai vu ça :)

#6  - Yaelz a dit :

Vous avez commande le bordel sur votre blog, ne quittez pas.

#7  - Kowalsky a dit :

Yaelz > Merci.

#8  - Yaelz a dit :

De rien. Mais c'est qu'un debut.

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.