Il faut protéger les lanceurs d’alerte

Mais qu'attend donc le gouvernement français pour accorder l'asile politique à Edward Snowden, le lanceur d'alerte traqué par les États-Unis.

Les autorités des États-Unis ne doivent poursuivre personne en justice pour avoir dévoilé des informations sur des violations des droits humains commises par le gouvernement, a déclaré Amnesty International après l'inculpation pour espionnage prononcée contre Edward Snowden.

L'organisation estime en outre que ce lanceur d'alerte, qui a travaillé à l'Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA), risque de subir de mauvais traitements s'il est extradé vers ce pays.
[...]
"Il semble que cet homme ait été inculpé par le gouvernement des États-Unis avant tout parce qu'il a révélé les actions illégales, contraires aux droits humains, de ce gouvernement et d'autres."
[...]
"Quel que soit l'endroit où Edward Snowden va arriver en définitive, il a le droit de demander l'asile. Pour qu'une telle demande aboutisse, il doit prouver qu'il peut légitimement craindre des persécutions. Mais même si sa demande est rejetée, aucun pays ne peut renvoyer une personne dans un État où il existe un risque concret qu'elle subisse de mauvais traitements" , a précisé Widney Brown.

"Un transfert forcé à destination des États-Unis l'exposerait au risque de subir des violations des droits humains et doit être contesté."


Ne serait-ce que parce que les États-Unis n'ont toujours pas aboli la peine de mort.

Ne serait-ce que pour la défense de nos libertés.

Il faut protéger les lanceurs d’alerte.

Classé dans : Aktivism
Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site
Quelle est la dernière lettre du mot duje ?