Journée(s) de la femme ?

Aujourd'hui jeudi 8 mars, c'est la Journée de la femme. Avec un J majuscule pour bien différencier cette journée d'une journée ordinaire.

Mais à quoi cela peut-il bien servir ? Une journée perdue au milieu de tant d'autres alors qu'il y a tant à dire et faire sur le sujet.

Le combat est quotidien, pas annuel. Surtout quand les acquis sont attaqués de toutes parts, et que la condition de femme en France, je ne parle même pas du reste du monde, est loin d'être idyllique. Il suffit de se souvenir de certains commentaires à l'encontre d'une (des) candidate(s) à l'élection présidentielle pour se rendre compte de la misogynie ambiante. Entendre dire à une future présidentiable que sa place est auprès de ses enfants et de ses fourneaux en dit long sur le chemin qui reste à parcourir. Alors n'imaginons même pas ce que doivent subir celles dont les prétentions sont bien moindres que de devenir présidente de la République Française.

Et encore ne s'agit-il là que de paroles. Une étude rendue publique de l'Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis rapportait il y a quelque jours ce qu'il en est des violences physiques dont certaines femmes sont victimes, parce que femmes.

Non, décidément, une journée ne suffit pas.

11 commentaires

#1  - CaptainNavarre a dit :

Cette journée sert tout au plus à se donner bonne conscience. En d'autres termes, elle ne sert à rien. :|

#2  - Elsa a dit :

Pas du tout d'accord, elles servent à aborder les sujets, et sont une tribune parfaite pour toutes les assos, et l'information/communication des assos ça ne sert rien ? Je ne crois pas.
Pour revenir sur la mysoginie contre Ségolène Royal, une des raisons pour laquelle je ne l'aime pas, c'est justement pour toute la rhétorique de victimisation qu'elle a. Il y a eu la phrase de Fabius sur "qui va garder les enfants", mais tout le reste c'est ELLE qui l'a médiatisé/repris, et même déformé (dont le coup des "fiches cuisine", qui est une pure invention, déformation de "fiche" tout court. et je ne vois pas ce qu'il y a de mysogine à parler des fiches des politiues...). Bref, elle joue là-dessus, donc concentrons-nous sur les vraies femmes oppressées, celles qui jamais n'oseront politisé la question des droits de l'homme (non, la question des droits des femmes n'est pas une question "de gauche", c'est une question nationale sur lequel tout le monde est d'accord et la dernière grosse loi a été passé par la droite), et qui ne sont pas prêtes à se victimiser au profit de la communication politique.

Je l'ai dit des les primaires, et je le maintiens : Ségolène Royal est TRES loin d'avoir contribué à améliorer la condition des femmes et elle n'a surtout pas contribué à donner une bonne image de la femme.
Et d'ailleurs, je serais TRES surprise si elle rallie le vote des femmes.



Bref, parenthèse politique, mais ça me fait juste hurler qu'on parle des candidates politiques française pour prendre un exemple des discriminations contre les femmes.
Et oui, comme tu le soulignes en début et fin d'article, reconcentrons-nous sur les atteintes au droit des femmes. Et ca sera déjà beaucoup.

#3  - Elsa a dit :

*n'oseront politisER

#4  - L'Odonate a dit :

C'est tous les jours la fête à l'Odo femelle !

#5  - Mahie a dit :

Tout a fait d'accord avec toi Elsa, y'en a marre d'entendre que ça ne sert à rien. J'men vais aller faire un petit tour sur ton blog, moi :-)

#6  - [RV] a dit :

Je suis plutôt du côté du fait que cette journée sert à la "bonne conscience". Les autres journées sont-elles celles des hommes ?
C'est vrai que niveau parité, il y a beaucoup de travail à faire. Ce n'est pas avec une journée par an que cela risque de changer. La discrimination positive (terme à la mode) n'arrange rien (voir la politique emploi en France).

Je pense qu'il faut que nos cultures changent ou plutôt évoluent en intégrant le "nouveau" rôle des femmes dans la société.

La femme n'est pas là que pour faire la bouffe et s'occuper des gamins quand monsieur est vautré devant le match de foot à la tv. Chose qui est encore très encré dans la société.
Il faut au moins une génération pour que cela change...

#7  - Kowalsky a dit :

Tous > Je vous remercie pour les commentaires. Cependant je ne veux pas rentrer dans la polémique "est-ce utile ou pas ?" : oui c'est utile, indéniablement, sauf que je trouve que ce n'est pas suffisant.

Elsa > Ah la fougue de la jeunesse. :mrgreen:

[RV] > Soit le bienvenu par ici.
(ps : t'aurais pas une télécommande en rab ?)

#8  - Elsa a dit :

fougue toi-même :p

#9  - Juju a dit :

Ce qui est fascinant dans le discours d'Elsa, c'est de voir à quel point les femmes sont manipulées par l'opinion générale transmise par les médias, ne serait-ce que déjà par l'usage de "victimisation".

Il est effectivement intéressant de se demander en quoi Royal a pour devoir d'améliorer l'image de la femme, comme on peut améliorer celle d'une chose négative ou mal perçue.

Si l'égalité de principe existait, Royal n'aurait rien eu à améliorer et ne devrait pas sans cesse se justifier de sa compétence alors que celle de ses adversaires principaux n'est jamais remise en question.

#10  - Elsa a dit :

Non justement, on a lui a rien demandé.
Et si tu as l'impression que les médias véhiculent l'image de Ségolène Royal qui va à contre-courant des femmes, alors on ne lit visiblement pas les mêmes. Ségolène est attaquée par une bulle médiatique, la même qui l'avait déjà portée sur le devant de la scène. C'était dangereux dès le départ, et bien malin qui peut dire ce qu'on pensera d'elle dans quelques semaines. Sur Ségolène TOUT a été écrit, et TOUT a été dit. Donc forcément, ce qu'on pense d'elle s'est déjà trouvé quelque part.

J'étais là dès les primaires, je l'ai vu plusieurs fois en vrai, et crois-moi dans TOUS ses discours c'est comme ça. Tiens, y a qu'à voir sa profession de foi (qu'on doit sûrement encore trouver sur internet)... Premier argument mis en avant : je suis une femme. C'est comme ça dans tous ses discours, à commencer par celui qui démarre par "le temps des femmes est venu". Non, désolée, on ne lui a rien demandé.

Ca vous surprendra peut-être mais les femmes sont majoritaires à sciences po, en médecine, à l'ENM, etc. Bref, les français sont un peu longs à la détente, personne ne le nie, mais le processus est en marche.

Ca ne veut pas dire qu'elle n'a rien fait pour les femmes ! Cela dit elle était ministre de la famille socialiste, on peut dire que c'était un peu son boulot, mais la pilule du lendemain et ce genre de trucs c'est elle. OK. C'est super comme bilan de ministre (et en fait, si je ne m'abuse, de secrétaire d'Etat), mais un peu léger pour un présidentiable, surtout quand ça devient un axe de campagne (et là encore si j'affabule... on n'était pas nombreux à analyser les professions de foi, mais j'en étais).

Mais aller dans une bergerie en tailleur blanc... rien de tel pour alimenter les clichés et desservir "notre" cause.

Personne ne lui avait demandé de justifier ses compétences en terminant par "si j'étais une femme je ne serais pas traitée comme ça" l'autre jour à la télé.
Et le coup des fiches cuisine qu'elle a inventé, n'est-ce pas le summum ?

Etre une femme est discriminant en politique, personne ne le nie. Cela dit, ça n'est pas la discrimination suprême non plus. Je suis peut-être ultra-naïve, mais il n'y avait pas besoin d'en faire autant. En tout état de cause, les gens discriminés doivent être irréprochables car on le leur reprochera au moins dérapage. C'est comme ça, quelle que soit le lieu ou la discrimination. Je regrette, mais toute socialiste que je sois, c'est pas le fort de Ségolène Royal.

Pas un discours, pas un texte, rien, sans qu'elle ne rappelle sa condition de femme ou qu'elle fasse un couplet sur son "identité" (comme au meeting dans le 13ème, juste avant Villepinte).

Moi ça me dépasse complètement, et personnellement ça me vexe. Et ce, depuis le début, quand pendant les primaires elle était encensée par la bulle médiatique qui l'a menée là où elle est. Et à ce moment-là j'étais minoritaire, et on me reprochait d'en faire trop.

Et vous allez pas me croire, mais ça me plairait d'avoir une femme présidente... mais pas comme ça.

#11  - [RV] a dit :

Kowalsky > non pas de télécommande !!!

Elsa, pour le moment avoir une femme ou un homme à la tête de la France cela ne changera pas, car aujourd'hui il n'y a pas eu de débats politiques. Les journaux préfèrent parler des apparetemnts ou des impôts des candidats...
Mais je pense qu'une femme pourrait à la présidence pourrait amener certain changement.
En premier lieu dans la culture politique... Peut être que les politiques ont évolué depuis la période Edith Cresson (1ère ministre)...

Pour moi c'est les médias qui diabolisent la population par leur sexe, origine etc...

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.