La France commémore pour la première fois l'abolition de l'esclavage

"La France commémore pour la première fois l'abolition de l'esclavage" titre donc la dépêche de l'AFP.

Je vous fait grâce de la lecture de l'article, le titre en lui-même se suffit.

Quand ai-je réellement compris ce qu'était l'esclavage ? Il y a longtemps, en regardant la série télévisée Racines. Choc immense.

Je savais, bien avant d'avoir vu cette série, ce que signifiait le mot "esclavage" : il était associé dans mon esprit à ces esclaves de l'Antiquité, du monde romain à ceux de la Grèce, des Nubiens d’Égypte à ceux des pays scandinaves, malheureux vaincus des guerres d'alors, emportés captifs comme "prises de guerres".

Mais c'est là que j'ai compris la douleur intrinsèque du mot telle que vécue par les Noirs déracinés d'Afrique pour enrichir l'homme blanc dans les colonies, ainsi que l'homme musulman en Orient, et certains hommes noirs au sein même de l'Afrique comme je l'appris plus tard.

Car c'est cela la réalité de la traite négrière, le commerce à grande échelle de l'homme par l'homme, pour son profit pécuniaire. Sans se préoccuper la moindre minute de leur douleur. Homo homini lupus.

Alors oui, cela n'en a que plus renforcé mon engagement républicain, mon engagement pour une société plus juste et plus humaine.

Ma croyance en ces quelques mots formulés dans la déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789.
Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Article 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.

Article 3 - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

Article 4 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 5 - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

[...]

Et il est important de rappeler à tous, que si jadis l'esclavagisme a existé, que désormais, c'est fini.

La France commémore l'abolition de l'esclavage.

Les commentaires sont fermés.