La Mort (2)

Je n'aime pas la Mort pour autant. Je déteste les hôpitaux, les maisons de retraites, les cimetières. Tous ces lieux de morts. Et les enterrements m'ennuient au plus haut point.

Ma première vraie expérience de la Mort date de l'époque où j'étais encore à l'école élémentaire. Mon grand-père paternel est décédé des suites d'une longue maladie. Je n'ai pas eu le droit d'assister à son enterrement. Trop petit, tu comprends. Je le salue toujours quand je passe devant le cimetière où il est enterré, à Consenvoie. Mais je ne vais plus depuis longtemps me recueillir sur sa tombe. Je le fais désormais en marchant le long de la Meuse ou en me baladant sur ma trottinette dans les forêts autours de Verdun.

Quelques années plus tard, il n'y a pas si longtemps en fait, j'ai porté le cercueil de mon arrière-grand-père maternel jusqu'à sa tombe. Celui que j'appelai dans mon cœur le "Patriarche". Pour lui, j'ai coupé mes cheveux longs que personne n'avait réussi à me faire couper depuis mon service militaire. Le matin même où j'ai appris son décès. Il le fallait, en hommage. J'ai même été à deux doigts d'étriper le curé qui lui a fait les derniers sacrements à la va-vite pendant que nous étions encore à déposer son cercueil dans le caveau de famille à Cervione. Si cela n'avait pas été si mauvais pour mon karma.

Il y a peu, j'ai été très peiné d'apprendre la mort de mon arrière-grand-mère paternel. Depuis des années que je me disais qu'il fallait que je repasse la voir, là-bas dans sa maison de retraite. Je prenais des nouvelles d'elle, mais jamais directement. Nous n'étions pas très proche. Alors, c'était toujours "bah ce sera pour une prochaine fois". Et puis c'était pendant les années où je n'étais pas vraiment là. Sauf qu'il n'y a jamais eu de prochaine fois. Mauvais pour le karma ça. Mon chef de l'époque m'a filé ma journée en douce pour que je puisse assister à son inhumation à Auxerre. Il faisait beau et chaud.

Il y a deux ans, je n'ai pas pu assister à celui de mon arrière-grand-mère maternelle. Plus de billet d'avion, trop con. D'un autre coté, ce n'était pas plus mal. Mamou, cara mia. Là j'ai chialé. Tu comprends, je suis l'ainé. Le premier des arrières-petits-enfants. Depuis un peu moins d'une dizaine d'années, je prenais mes vacances en septembre pour être présent le jour de son anniversaire. Quand je lui disais au revoir, elle me répondait invariablement "Si Dieu le veut, meiu figliolu" alors je lui retournais "Et pourquoi donc ne le voudrait-il pas ?". L'année de sa mort, j'ai su à ses larmes que ce serait la dernière fois que je la verrai vivante.

Et puis récemment, il y a eu le grand-père paternel de ma filleule, la grande. Il était un peu mon "troisième" grand-père.

Et l'année dernière ce collègue au travail qui a disparu du jour au lendemain. Accident de la route. Et un autre quelques mois plus tard, des suites d'une longue maladie.

***

Mes grands-parents encore en vie se font vieux, ils sont usés.

Ca fait bien trois ans que je regarde attentivement mon grand-père maternel et que je ne le reconnais plus. 80 années au compteur, ca te marque un homme. Mais sur les trois dernières années il a beaucoup perdu. Il raconte toujours aussi bien les histoires pendant le café après le repas, mais il fait tout le reste au ralenti. Je le vois souffrir à l'intérieur. La flamme n'est plus aussi puissante qu'avant.

Mes deux grands-mères vont relativement bien. Problème de hanches, de genoux, de chevilles et autres. Mais ça va dans l'ensemble. Je suis moins inquiet pour elles.

On parle de maisons de retraites, d'héritage, de partage entre les enfants et petits-enfants, de leur succession tout simplement. Les plaisanteries des années précédentes sur ces sujets et sur le restant des années à venir n'en sont plus, ils sont devenus sérieux maintenant. Ils font leurs choix, s'inquiètent de savoir combien cela va couter, de ce à quoi ils auront droit et autres babioles de ce style.

C'est un sujet qu'on aborde parfois avec ma frangine, mes cousins et cousines, ceux de la même génération. Rarement avec nos parents.

Classé dans : Autobiographie
Mots clés : aucun

1 commentaire

#1  - soeurette a dit :

c'est malin, tu m'as fait chialer :evil:

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.