NON à la fin du moratoire sur la chasse à la baleine !

Tout le monde s'en balance (ou presque) mais il y a des gens qui font des pieds et des mains pour pouvoir recommencer à chasser les baleines.

Et ça, c'est pas bien du tout !
(oui, je sais, je pourrai faire mieux comme argumentation, mais bon, je ne suis pas au mieux de ma forme, cf . ma note précédente)


Pêche à la baleine : le moratoire "plus nécessaire" selon le Japon.

Chasser ou non la baleine, c'est tout l'enjeu de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale, la CBI, qui se tient à saint-Christophe et Nieves, dans les Caraibes.

Et en faisant passer une résolution ne jugeant "plus nécessaire" le moratoire en vigueur depuis 20 ans le Japon vient de remporter une victoire symbolique dans la bataille pour la reprise de la pêche commerciale. Avec lui, l'Islande ou la Norvège veulent la fin du moratoire et la reprise de la pêche. Eux continuent à prélèver environ 2000 baleines par an. En face, les "gros" opposants : Australie, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Brésil et Grande-Bretagne.

Officiellement, les Japonais observent le moratoire et justifient leur pêche au titre de la recherche scientifique. Ils dénoncent l'hypocrisie de l'autre camps : "A chaque fois que je demande pour quoi les baleines ne font pas l'objet des mêmes traitements appliqués aux autres animaux, il n'y a aucune réponse claire, mon explication c'est la pression émotionnelle des opinions publiques de nombreux pays. Il est peut-être temps de regarder les choses plus sérieusement".

Le japon ne cache pas ses ambitions commerciales. Résolution en poche, il espère démontrer très vite la montée en force des pays en faveur de la levée du moratoire, pour laquelle la majorité des deux-tiers est requise.

Les écologistes et les défenseurs du moratoire essuient là leur plus grosse défaite en 20 ans de lutte pour dénoncer le scandale des pratiques de pêche japonaises, jugées honteuses.

Les grands pays chasseurs leur répondent que certaines espèces ne sont plus en danger d'extinction, les petits pays des Caraïbes qui les ont rallié mettent en avant la survie de leur population.



Mais quand on y regarde de plus près, on se rends bien compte de la supercherie et de la puissance des lobbies : Les citoyens de 10 pays pro-baleiniers disent “non” à la chasse aux baleines

À la veille de l’ouverture de la 58e réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), un nouveau sondage publié par le WWF révèle que les citoyens d’une dizaine de pays du Pacifique et des Caraïbes dont les gouvernements ont pourtant voté à plusieurs reprises en faveur de la chasse aux baleines sont opposés au fait de chasser et d’abattre ces cétacés.


L’enquête du WWF a été menée à Palau, aux îles Salomon, à Tuvalu, aux îles Marshall, à Kiribati, à Grenade, à Antigua et Barbade, à la Dominique, à Ste Lucie et à St-Kitts-et-Nevis, l’Etat des Caraïbes où se déroule la réunion de la CBI.

Les personnes interrogées par le WWF étaient invitées à répondre si elles étaient au courant de l’existence de la CBI et si, à leur avis, leur pays devait voter pour ou contre la reprise de la chasse commerciale aux cétacés. Les enquêteurs leur avaient également demandé de se prononcer sur les votes en faveur de la réouverture de la chasse émis par leur pays lors des réunions précédentes de la CBI.

“Les résultats sont sans équivoque,” a déclaré le Dr. Susan Lieberman, Directrice du Programme global de conservation des espèces du WWF. “Les gouvernements concernés ne tiennent pas compte de leur opinion publique et ne peuvent prétendre voter en faveur de la reprise de la chasse pour répondre à un souhait de leurs citoyens. Contrairement aux affirmations officielles, la chasse commerciale aux cétacés ne pourra d’aucune manière réduire la pauvreté et n’apportera aucun bienfait aux communautés côtières : ces gouvernements ont beau répéter à tort et à travers de telles affirmations, cela ne rend pas celles-ci plus vraies pour autant.”

Dans chacun des Etats du Pacifique concerné par le sondage, la plupart des habitants n’étaient pas au courant de l’existence de la CBI. Mais une majorité d’entre eux était de toute façon opposée au fait que leur pays vote en faveur de la réouverture de la chasse commerciale aux cétacés et -lorsque cela était le cas- pensait que leur gouvernement n’aurait pas dû voter en faveur de cette proposition les années précédentes.

En réponse à la question “pensez-vous que votre pays devrait voter pour ou contre la reprise de la chasse commerciale aux baleines ?”, 64 % des habitants interrogés aux îles Marshall se déclarèrent opposés à la chasse, pour 64 % à Tuvalu, 47 % à Kiribati (14 % n’avaient pas d’opinion), 76 % à Palau et 72 % aux îles Salomon.

Dans chacun des cinq Etats des Caraïbes impliqués dans l’étude, la majorité des personnes interrogées estimait que leur pays ne devait pas voter en faveur de la reprise de la chasse commerciale aux baleines et était d’avis que leur gouvernement n’aurait dû, dans le passé, appuyer une telle mesure. Dans quatre des cinq Etats, la majorité des habitants était bien au courant de l’existence de la CBI.

En réponse à la question “dans le passé, le représentant de votre pays aux réunions de la CBI a voté à plusieurs reprises en faveur de la reprise de la chasse commerciale aux baleines. Estimez-vous qu’il s’agissait d’une bonne décision de votre pays ?”, 33 % des personnes interrogées à Grenade répondirent non (37 % n’avaient pas d’opinion), pour 50 % à Ste Lucie (17 % n’avaient pas d’opinion), 79 % à Antigua et Barbade, 40 % à la Dominique (14 % n’avaient pas d’opinion) et 54 % à St-Kitts-et-Nevis.

Après vingt années de pression en faveur de la reprise de la chasse commerciale aux cétacés, le Japon pourrait bien crier victoire cette année s’il parvient à réunir la majorité des voix requise par la CBI pour engager des procédures visant à annuler les règlements protégeant les baleines et en revenir à terme à une reprise totale de la chasse commerciale.

“Depuis des années, le gouvernement japonais n’a eu cesse de soudoyer de petits Etats insulaires en développement des Caraïbes, du Pacifique et d’Afrique de l’Ouest, afin que ceux-ci votent en faveur d’une reprise de la chasse commerciale”, a ajouté Gordon Shepherd, Directeur de la politique au WWF. “Notre sondage prouve que le soutien de ces pays au Japon n’est rien d’autre qu’une farce, que même les citoyens de ces pays désapprouvent”.

Le WWF demande avec insistance aux gouvernements des dix pays concernés de tenir compte du souhait de leurs propres citoyens et de se prononcer en faveur de la conservation des cétacés lors de la réunion de la CBI cette année.


Alors je dis NON à la fin du moratoire sur la chasse à la baleine ! Il ne faut pas que disparaissent de la surface du globe ces merveilles de la nature que sont les baleines. Surtout pour des intérêts financiers qui n'en ont rien à cirer.

Et si vous ne comprenez toujours pas pourquoi, relisez l'introduction de The Hitchhiker's Guide to the Galaxy.

Classé dans : Aktivism
Mots clés : aucun

4 commentaires

#1  - Indilou a dit :

Oui je suis bien d'accord avec toi !
C'est hallucinant que, sur un sujet aussi grave (la chasse et donc la disparition à venir des grands cétacés), il y ait si peu de débats et de médiatisation !
Merci d'en parler.

#2  - Kowalsky a dit :

Indilou > Soit la bienvenue par ici.

D'après les dernières infos concernant le moratoire, les cétacés sont encore protégés pour le moment.

Mais cela n'empèche pas qu'il faut rester vigileant.

#3  - Yaelz a dit :

Ouais. Zigouiller toute une espece pour des pepetes. A gerber.

#4  - Juju a dit :

C'est vrai que ce sujet passe souvent à la trappe alors qu'il est important de protéger ces magnifiques animaux.

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.