A l’ombre des figuiers sauvages

Bassanese.org v8

Ne renoncez jamais, on ne peut vraiment voir les étoiles que dans les heures les plus sombres

Ce qui se passe en Chine, et ailleurs dans le monde, devient de plus en plus inquiétant.

La République populaire de Chine célèbre ce 1er octobre les 70 ans de sa fondation avec un défilé militaire d’une ampleur sans précédent à Pékin. Derrière le faste et la puissance affichés se cachent des réalités beaucoup plus sombres au Tibet, au Xinjiang, ou encore à Hong Kong, où règnent l’oppression et de nombreuses violations de droits de l’homme.

► TIBET

« Le Tibet meurt lentement »

[...]

Depuis la fin des années 1980 et les révoltes des moines, le Tibet a été militarisé, la culture tibétaine détruite. Les monastères, les écoles ou la langue tibétaine n’existent quasiment plus. Censurer une langue est le meilleur moyen de tuer une culture à petit feu.

Le génocide culturel n’est pas encore totalement achevé mais qu’en sera-t-il dans dix ou vingt ans… La Chine attend la mort du dalaï-lama pour décider elle-même de son successeur. La Chine joue la montre et fait pression pour le priver de rencontrer des personnalités politiques à l’étranger.

[...]

► XINJIANG

« Pékin veut tuer tous les Ouïgours »

[...]

La Chine commet un génocide culturel d’une immense ampleur dans la province musulmane du Xinjiang. Depuis deux ans, entre trois et quatre millions de Ouïgours ont été arrêtés, transférés dans des camps-prisons et condamnés à de longues séances de lavage de cerveau. Sous le prétexte de « lutte contre le terrorisme », Pékin n’a qu’un but : tuer les Ouïgours, au sens propre comme au sens figuré.

[...]

► ÉGLISE CATHOLIQUE

« L’Église est à nouveau sous contrôle »

[...]

La grande époque de l’ouverture, des discours optimistes de Deng Xiaoping, des échanges avec le Vatican et des espoirs de rapprochement semblent très loin aujourd’hui. L’accord provisoire signé entre Pékin et le Saint-Siège en 2018 se situe à un niveau très diplomatique. Légalement, c’est peut-être un progrès, mais la réalité est bien différente, très contrastée mais peu enthousiasmante.

[...]

► PARTI COMMUNISTE

« J’en ai eu assez des mensonges »

[...]

Il y a quatre ans, sous les ordres de Xi Jinping, les discours se sont durcis comme jamais. Ça devenait pour moi insupportable. J’en ai eu assez de tous ces mensonges du Parti et j’ai démissionné.

Avec le recul, j’ai bien fait de m’enfuir car ce que je pressentais – les discours arrogants, agressifs même –, annonçait bien un processus de contrôle total grâce aux nouvelles technologies. Aujourd’hui, toute la société est surveillée et se surveille elle-même. C’est étouffant. Il faut se comporter en parfait citoyen patriote sinon on risque des ennuis. On doit se méfier de tout le monde. »

[...]

► HONG KONG

« Le fossé ne cesse de grandir »

[...]

Nous vivons à Hong Kong une longue révolution que les gens prennent très au sérieux. C’est plus profond, plus mature, plus déterminé que la “révolution des parapluies” de 2014 à laquelle j’avais également participé. Des manifestations rassemblent un ou deux millions de personnes. Il y a des chaînes humaines autour des lycées, des rassemblements de mères, un drapeau et un hymne des contestataires, des chants dans les centres commerciaux, des cris de ralliement lancés depuis les immeubles le soir, des slogans, une solidarité jamais exprimée jusqu’ici… c’est hors du commun. Il y a certes une escalade des violences, de part et d’autre. Moi, je suis pacifique et je ne suis jamais en première ligne, mais j’accepte et comprends la violence.

[...]

► TAÏWAN

« Résister aux intimidations chinoises »

[...]

Ce qui se passe à Hong Kong montre clairement aux Taïwanais que la formule ”un pays, deux systèmes” est un mensonge. On voit comment Pékin agit à Hong Kong pour faire peur et faire taire les manifestants : les violences policières, l’intervention des triades chinoises, la “terreur blanche”, c’est-à-dire des arrestations et disparitions souterraines et non sanglantes. Comme Taïwan est un pays de facto, avec son propre État, son armée, sa police, la Chine ne peut pas faire ce qu’elle veut chez nous. Mais elle utilise d’autres moyens pour nous menacer et nous intimider : économique, diplomatique et militaire.

[...]

Chine : 70 ans après la République populaire, la grande désillusion

 

« il nous faudra peut-être aller en prison mais ceux au pouvoir ne gagneront pas forcément »

[...]

« Ne renoncez jamais, on ne peut vraiment voir les étoiles que dans les heures les plus sombres. »

Chan Kin-man

À Hong Kong, les vétérans de la démocratie en procès


Classé dans : Aktivism
Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site
Quelle est la première lettre du mot ftrxs ?