Piqûre de rappel (3)

Samedi soir tard ou dimanche matin très tôt, sur le chemin du retour vers mon appart', sous la pluie.

Autoroute moyennement remplie pour cette fin de soirée. Quelque temps avant ma sortie un ralentissement. Des feux de détresses qui s'allument au fur et à mesure que les voitures ralentissent jusqu'à rouler au pas, un attroupement d'une vingtaine de personnes sur la bande d'arrêt d'urgence. Je peste contre les voyeurs qui ralentissent (voire s'arrêtent) plus que de raison pour mater le spectacle des quatre voitures qui se sont transformées en auto-tamponneuses. L'accident est récent, à peine quelques minutes. A priori pas de blessés graves, mais pour tout vous avouer, je ne m'y suis pas attardé. Je déteste cette attitude consistant à bien se repaître d'un accident, au risque de créer un sur-accident dans l'espérance de trouver un spectacle macabre parmi les tôles froissées.

Non respect des distances de sécurité, vitesse et route humide font rarement bon ménage.

***

Cette après-midi, de la fenêtre de mon bureau, vue sur le périphérique parisien.

Sirènes deux tons hurlants, gyrophares allumés, deux motards de la Gendarmerie Nationale ouvrent la voie à une ambulance du SAMU qui tente de se frayer un passage à travers les files d'automobiles prises dans les embouteillages d'heure de sortie des bureaux. L'incivisme de certains m'exaspère. Comment ne pas entendre ni voir ces véhicules prioritaires arrivant derrière soi et quand même trouver le moyen de ne pas bouger afin de faciliter le passage comme cela est écrit dans le code de la route. Les motards n'en ont cure et donnent un grand coup dans la portière ou le capot afin de faire bouger au plus vite ces récalcitrants.

J'ai toujours ce pincement au coeur en pensant à la personne qui lutte à l'intérieur de l'ambulance et dont le moindre retard peut avoir des conséquences vitales.

Classé dans : Général
Mots clés : aucun

5 commentaires

#1  - hi3 a dit :

J'ajoute : je trouve hallucinant le nombre de crétins qui doublent dans une grande accélération en bombardant sur la bande d'arrêt d'urgence, histoire de provoquer un suraccident ou de bien la bloquer aussi et d'empêcher les secours d'accéder à la portion d'autoroute où a eu lieu l'accident. Je l'ai vu une fois, l'ambulance ne pouvait traverser le bouchon qui s'était étalé aussi sur la bande d'urgence, quelle pitié ! Le temps de dégager un accès par les barrières ou autres est énorme, et dire que pendant ce temps, peut-être, des personnes perdent leur sang à quelques centaines de mètres...

#2  - ink a dit :

Bonsoir! j'ai trouvé ton site via celui du Captain Navarre et je voulais juste te dire que j'ai lu l'article que tu as écrit pour dire qui tu es, et que je me sens bien d'accord avec toi!
C'est vrai que ça m'a touché de lire ce que tu écris sur tes valeurs, sur ton humanisme et sur ton sens de la laïcité, de la démocratie et sur le féminisme! Chapeau bas monsieur. Je reviendrais faire un tour dans ton univers! d'ailleurs tiens hop! je te mets dans ma liste de liens! A bientôt! Ink ;)

#3  - mijie a dit :

Je ne comprends pas non plus comment on peut rester collé au bitume alors que juste derrière une ambulance tente de se frayer un chemin, comme il y a deux semaines porte d'Italie, j'ai eu l'impression d'être la seule à faire l'impossible pour qu'un véhicule "organes" puisse passer...
Pourtant, "organes", c'est assez clair, tout le monde devrait se sentir concerné...

#4  - Junko a dit :

Ce sont deux choses que je me suis souvent dites aussi, et je ne comprends même pas comment celui qui a ces comportements peut justifier ses actes. D'ailleurs je ne sais pas s'ils l'admettraient, peut-être que ça relève de la fascination morbide dans le premier cas, du pur égoïsme dans le second... En tout cas c'est agréable de lire, de façon tellement claire et juste, quelque chose qu'on ressent aussi : ça a quelque chose de rassurant.

#5  - Kowalsky a dit :

Ink > Soit la bienvenue.

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.