Vers un renforcement de l’état d’urgence...

Etat d’Urgence – Ce qui va changer…

Les terroristes ne me font pas peur, par contre, ce gouvernement de tarés me pétrifie d'horreur. J'sais pas qui va gagner dans cette soi-disante "guerre", mais ce ne sera pas le citoyen Français.

État d’urgence, la France dérogera à la convention des droits de l’Homme

La France prévient officiellement qu’elle ne respectera peut-être pas les droits de l’Homme

La loi sur l’état d’urgence ne sera pas soumise au conseil constitutionnel

Le gouvernement a présenté mercredi 18 novembre un projet de loi prolongeant l’état d’urgence pour trois mois et « modernisant » les dispositions de la loi de 1955.

Les sept mesures sécuritaires qui interpellent

Vers un renforcement de l’état d’urgence

L’état d’urgence est-il appelé à devenir permanent ? L’exécutif laisse entendre ces derniers jours que cet état d’exception pourrait à nouveau être prorogé au-delà du mois de février.

Quand l'état d'urgence menace de virer à l'état de non-droit

Le ministre de l’Intérieur perd ses nerfs, confond et assimile le mouvement associatif au terrorisme

Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

Etat d’urgence, des assignés à résidence saisissent la justice

Recensement des joies (ou pas) de l'état d'urgence en France

Sécurité ou libertés publiques : faut-il choisir ?

Pour l’immense majorité des Français, l’intensité de la menace terroriste et les graves désordres du Moyen-Orient justifient l’instauration de ce régime d’exception. A condition, bien sûr, qu’il disparaisse une fois que la menace se sera éloignée. «  On peut en douter, prévient la juriste Danièle Lochak. L’expérience montre que les textes votés en période de crise ont tendance à devenir permanents. Les décrets-lois adoptés à la veille de la seconde guerre mondiale ont ainsi imprimé durablement leur marque sur la législation française, notamment dans le domaine des étrangers. Certains textes de 1939 concernant les associations étrangères n’ont, par exemple, été abrogés qu’en 1981.  »

Le danger invoqué par les défenseurs des droits de l’homme a un autre nom : l’habitude. Les régimes d’exception sont toujours votés dans l’urgence et la fébrilité, mais ils s’installent peu à peu dans les pratiques et deviennent, au fil des ans, des dispositifs routiniers de la justice pénale. S’habituera-t-on, peu à peu, aux normes juridiques de l’antiterrorisme, au point de les conserver lorsqu’elles ne seront plus nécessaires ? «  Les crises donnent souvent naissance à des législations d’exception mais, en général, elles sont supprimées lorsque la paix est de retour, souligne Antoine Garapon. Le problème, avec la guerre contre le terrorisme, c’est qu’elle n’aura sans doute pas de fin.  » Nous entrons sans doute pour longtemps dans l’ère de l’antiterrorisme et de la justice prédictive.

Et pour rajouter une touche bucolique à cette note :

"So this is how liberty dies — with thunderous applause."

― Padmé Amidala - Star Wars: Episode III Revenge of the Sith

Je ne vous cache pas que j'espère juste qu'on n'attendra pas vingt années le retour du jet d'ail.

(A tout hasard, je révise quand même mon Shyriiwook)


Classé dans : Aktivism
Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site
Quelle est la deuxième lettre du mot vzrgvj ?