A l’ombre des figuiers sauvages

Bassanese.org v8

Mais qui est donc Mélissa ?

- 1 commentaire

La principale raison de mon silence ici même s'appelle Mélissa. Bien évidemment il ne s'agit pas de son vrai prénom. J'avais juste la chanson de Julien Clerc en tête quand j'ai écris la note précédente et voilà, c'est venu comme ça. (ceci dit, je trouve que cela lui va bien :P )

Elle est entrée dans ma vie il y a quelques mois et je pense pouvoir le dire sans qu'elle ne vienne me contredire nous nous sommes bien entendu de suite. A tel point que depuis décembre dernier nous habitons ensemble.

Pour être plus exact, et pour éviter de me faire trucider ce soir lorsqu'elle lira cette note, nous partageons le même appartement. Mélissa n'est autre que ma coloc.

Celleux qui me lisent depuis quelques temps savent déjà que j'avais envie de partir de mon ex- "chez moi" depuis pas mal de temps déjà, mais quand l'été dernier je me suis sérieusement mis à regarder les prix des appartements, à la vente ou à la location, j'ai un peu halluciné par rapport à mon budget "loyer" de l'époque. J'ai même regardé du coté des HLM mais mon salaire (bien que je le trouve loin d'être énorme) est cependant largement au dessus du plafond des ressources minimales permettant de bénéficier d'un appartement en HLM. Je m'étais un peu résigné à rester dans mon minuscule appartement lorsqu'au hasard d'une conversation avec Mélissa, l'idée de partager un appartement à deux afin de réduire le loyer pour chacun est venue. Nous en avons discuté un peu et après quelques temps de réflexion, elle a accepté.

J'appréhendais un peu cette cohabitation, avec mes quelques années de loup solitaire, mais pour le moment cela se passe bien. On se découvre, on se raconte nos journées, le soir nous dînons ensemble et puis discutons un peu. Rien de bien extraordinaire, juste des banalités, mais c'est toujours mieux que ma vie d'avant.

Et parfois je l'entends rire.

En ce début de semaine

- 9 commentaires
Ai passé cinquante minutes à la Poste lundi matin dernier.

Quand je suis arrivé, il y avait douze personnes avant moi.
Quand j'en suis reparti il y avait quinze personnes derrière moi.
Et pendant tout ce temps, l'unique guichet ouvert ne désemplissait pas.

Moi je dis : vive les baladeurs MP3 !
Classé dans : Général - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles